Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Wall Street: le rallye haussier manque soudain de carburant.

(CercleFinance.com) - Le Dow Jones a été victime en seconde partie de séance (19H/22H) d'un spectaculaire renversement de tendance (quasiment -1.
000Pts sur les plus hauts du jour), après s'être envolé de +11% en 8 heures de cotations prises en continue.
Le Dow Jones a en effet fluctué entre 23.617 (+4,1%) et 22.654 (-0,12% en clôture) et ne laisse donc pas de second "gap" haussier" consécutif (il aurait même pu finir symboliquement positif sans les -4,8% de Boeing).

Le Nasdaq a également pris jusqu'à +10,5% dans l'intervalle avant d'inverser la vapeur et de finir au plus bas du jour, en repli de -0,33% à 7.887: avec une culmination à 8.146, il a échoué à seulement 1% d'un retracement "classique" de 50% de sa baisse du 19 février au 16 et 20 mars.

Le S&P500 (-0,16%) a plafonné vers 2.750 (ex-plancher du 26 mai 2019 puis du 9 mars 2020), à 3% d'un retracement de 50% de la correction de fin février/mi-mars.
Le "Vix" (+3,3% à 46,7) a rebondi sur les 45 : sa détente initiale depuis 48H était bien modeste en regard des 11% du "S&P" en 48H.

Pour justifier la hausse de +11% indices US depuis lundi, beaucoup de commentateurs invoquaient le prétexte du ralentissement apparent de l'épidémie de coronavirus, alors que l'Espagne vient d'annoncer une nouvelle -et forte- aggravation du nombre de cas, le Japon vient de déclencher ce matin l'état d'urgence sanitaire tandis que la Chine renforce les mesures anti-pandémie, la France compte désormais plus de 10.000 morts, la ville de New York bat un record de victimes (la barre des 1.000 décès est tutoyée et la ville concentre plus de la moitié des 11.000 victimes recensées dans le pays).

C'est la preuve que le problème du Covid-19 est loin d'être réglé... donc, la motivation des investisseurs reposait bien sur l'anticipation d'un plan de soutien complémentaire de 1.500Mds$ réclamé par la Maison Blanche (qui n'a obtenu que 2.000Mds$ sur les 4.000Mds$ réclamés par Donald Trump.

Ces 1.500Mds$ ne vont peut être pas être votés dans l'immédiat (le Congrès doit garder des munitions "au cas où"), l'efficacité des injections dépendra de la vitesse du retour à une forme de normalité: la FED ne peut ni imprimer des réanimateurs, ni des vaccins, ni restaurer la croissance des PIB hors de ses frontières.

Le S&P500 et le Nasdaq Composite ont bénéficié du soutien des compagnies aériennes avec +7,6% sur American Airlines, +9,1% sur Alaska Air... puis des valeurs de croissance comme Tesla +5,7%, AMAT +3,1%, Qualcomm +2,5%, Facebook +2%...

Le Nasdaq-100 a été plombé par les "biotechs" et les labos avec Gilead -3,9%, Biomarin -3,6%, Biogen -3,3%, Vertex -3%, puis les "technos" avec Nvidia -3,5%, Adobe et Netease -3,2%, NXP -3,1%, Verisign et Autodesk -2,5%, Cisco -1,9%, Apple -1,2%,

Malgré le repli du "WTI" de -6,5% vers 24,4$ sur le NYMEX, le rebond se poursuivait sur Apache +11%, Mohawk +10,7% puis Range +4,2% et Valero +3,9%... le pétrole reste surabondant, les capacités de stockage à saturation aux Etats Unis et en Chine tandis que la demande mondiale a chuté de -30% et les excédents de production estimée à 17,5 millions de barils pour jour.
Dans ces conditions, une réduction de 10 Mns de barils/jour de suffirait, il faudrait que l'OPEP + Russie aillent plus loin, et que les Etats Unis réduisent également leur production de plusieurs millions de barils/jour



Copyright (c) 2020 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.