Accueil > Interview

interview

 

Nicolas Meusburger, Gérant analyste multigestion de La Banque Postale Asset Management

le 17/01/2018 16:51:00

Vous affichez un engouement certain pour les actions en ce début d'année, au point d'augmenter leur part de manière conséquente dans votre allocation ?

En ce début d'année, notre scenario économique et financier est propice à la prise de risque. Comme c'est le cas depuis plusieurs mois, le segment des actions est clairement notre principal moteur de performance.


De quelle manière appréhendez-vous la volatilité des marchés actions ?

La volatilité des marchés actions, qu'elle soit implicite ou constatée, est proche de ses plus bas historiques. Le VIX américain, qui reflète la volatilité implicite du S&P 500, est restée solidement ancrée sous les 10 ces derniers mois, alors que sa moyenne historique est proche de 15. L'indice V2X, pendant du VIX sur les actions de la zone Euro, évolue quant à lui autour de 12, très en dessous de sa moyenne historique de 20. modèles.

Pour beaucoup, cette faible volatilité des marchés rend le risque asymétrique ?

Ce risque asymétrique associé à une volatilité faible est évoqué depuis longtemps. Toutefois, la réalité des faits nous amène à relativiser ce risque quand nous observons ce qui s'est passé ces derniers mois. Même lorsque des nouvelles 'a priori négatives' se sont manifestées en 2017, il s'est avéré que les indices de volatilité n'ont quasiment pas décollé.
A titre d'exemple, les fortes tensions entre la Corée et les Etats-Unis de l'été 2017 n'a eu que très peu d'impact sur l'indice VIX qui est péniblement monté de 10 à 15, et cette hausse n'a duré que deux jours. Plus récemment, les vicissitudes politiques en Catalogne, aux Etats-Unis ou les difficultés à former un gouvernement en Allemagne n'ont pas été des moteurs de hausse de la volatilité.

Comment l'expliquez-vous ?

Par plusieurs considérations.

Tout d'abord, les dernières données microéconomiques et macroéconomiques sont robustes. La réforme fiscale adoptée aux Etats-Unis à la fin de l'année dernière est, dans l'esprit des investisseurs, de nature à prolonger le cycle de croissance économique outre-Atlantique et à stimuler les résultats d'un grand nombre d'entreprises américaines.

Ensuite, les politiques monétaires des banques centrales sont assez lisibles depuis plus d'un an. Les banquiers centraux ont dit ce qu'ils feraient, et ils ont fait ce qu'ils avaient dit. Le consensus de marché repose sur le maintien d'un environnement 'risk on' par la contribution des grandes banques centrales malgré leur convergence vers moins d'accommodation monétaire. En particulier, le marché ne fait pas le pari d'une inflexion dans le comportement de la Fed après l'arrivée de son nouveau président. Quant à la BCE, elle prépare dès à présent les marchés, en commençant à préciser les modalités de la fin de son programme d'achat d'actifs prévu jusqu'en septembre 2018.

Sur un plan technique, il faut comprendre que la volatilité est devenue une classe d'actifs à part entière. L'ingénierie financière a développé des instruments financiers permettant aux banques et aux sociétés de gestion d'acheter ou de vendre de la volatilité. L'analyse des positions des investisseurs montre qu'il y a aujourd'hui beaucoup plus de vendeurs de volatilité que d'acheteurs.

Même si nous ne voyons pas la situation changer drastiquement à court terme, cette faible volatilité est un des points de vigilance auquel nous accordons de l'importance. Certains facteurs pourraient modifier la donne. Par exemple, un changement de lecture des investisseurs entrainant un passage en mode 'risk-off', une communication d'une banque centrale mal interprétée par les marchés, un évènement politique ou géopolitique pourraient conduire à des débouclements de positions vendeuses et donc une hausse de la volatilité.


Quelle serait votre attitude si une mauvaise nouvelle venait à secouer les marchés davantage que prévu ?
Tout dépendrait de la nature de cette mauvaise nouvelle. Nous nous trouvons dans un contexte où les marchés actions ont bien performé ces derniers mois (avec des records historiques sur certains indices), où les taux obligataires sont à des niveaux assez bas, et où la volatilité est très faible. Un risque de correction existe donc. Si un stress de marché apparait, nous l'analyserons en profondeur pour voir s'il remet en cause notre scenario central, et nous ajusterons nos portefeuilles le cas échéant.
Si en revanche, nous sommes confrontés à une situation totalement atypique et de plus forte amplitude, nous pourrions être amenés à procéder à de plus amples ajustements.
Si ce scenario baissier existe dans nos prévisions, il n'est pas le plus probable selon nous en ce début d'année.



Selon vous, l'augmentation de votre allocation dans les actions devrait se faire à travers une certaine répartition géographique ?

Tout à fait, notre processus d'investissement nous amène à être discriminants sur les zones géographiques de notre univers d'investissement.

Nous avons une nette préférence pour les actions européennes. Les bénéfices y sont dynamiques et la baisse des deux derniers mois conforte notre argument de valorisation relative attractive. La zone Euro est notre zone privilégiée. Nous préférons rester à l'écart des actions britanniques car nous pensons que les remous qui accompagnent les négociations autour du Brexit ne sont pas terminées. Ces dernières semaines, le marché des actions britanniques a notablement performé. Celui-ci a surtout été tiré par les entreprises étrangères cotées à Londres spécialisées dans l'extraction minière.

En dehors de l'Europe, nous apprécions également les actions japonaises sur lesquelles nous nous sommes renforcés. La Banque centrale du Japon demeure très accommodante, ce qui constitue un considérable facteur de soutien. La rentabilité affichée par les entreprises japonaises est solide. Ces dernières semaines, nous avons fait le choix de retirer la couverture sur le risque de change pour être exposé au yen, traditionnelle valeur refuge, en cas de perturbations sur les marchés.

Nous sommes un peu revenus sur les actions américaines malgré leur cherté. Nous pensons que la réforme fiscale devrait avoir un impact positif sur les résultats des entreprises américaines qui n'est pas encore totalement intégré dans les cours de bourse. En outre, cette allocation en actions américaines induit une exposition au Dollar US dans les portefeuilles, offrant un potentiel amortisseur en cas de la survenance d'un stress néfaste pour les actifs risqués.

Enfin, nous avons augmenté la part des actions émergentes en portefeuille avec une orientation davantage axée sur l'Asie émergente. Le contexte macroéconomique et microéconomique est porteur, notamment avec une dépréciation du dollar, une remontée du cours des matières premières et des croissances de bénéfices significatives ces derniers mois. De plus, les actions émergentes restent à un niveau de valorisation inférieur à celui des actions des pays développés, même après leur hausse de près de 38% en 2017.

Au sein de la zone euro, en termes de biais, c'est le style " value " et les " small et mid caps " qui dominent ?

Nous pensons que ce sont surtout les actions de style 'value' et les petites et moyennes valeurs qui continueront de profiter du regain de croissance économique. Les rentabilités des sociétés de ce segment sont substantielles, et sont moins affectées par une appréciation de l'euro, car elles ont un carnet de commandes plus domestique. Les valorisations restent attrayantes en dépit de la performance affichée. La vague de fusions-acquisitions bat son plein et apporte un soutien aux actions small et mid caps européennes. Sur un plan plus local, les réformes envisagées par le nouveau gouvernement sont favorables aux petites et moyennes valeurs françaises.

S'agissant des actions 'value', une primeur est donnée aux institutions financières. Nous anticipons une remontée graduelle des taux obligataires. Conjuguée aux accords de Bâle IV, jugés relativement moins contraignant pour les banques, cela devrait continuer de profiter aux valeurs financières.

Le renforcement du positionnement sur les actions doit aller de pair avec la réduction d'un investissement dans les obligations et dans le cash ?

Pour financer nos renforcements en actions, nous avons notamment décidé de prendre des profits au sein du segment des obligations convertibles. Nous avons également réduit nos actifs monétaires en portefeuille. Au sein des portefeuilles les plus prudents, et au sein desquels les liquidités peuvent être importantes, nous utilisons des fonds de performance absolue pour diminuer l'impact de la rémunération négative associée aux fonds monétaires. Enfin, l'exposition en obligations du portefeuille, déjà limitée depuis ces derniers mois, est restée faible en ce début d'année.

2018-01-16 11:49:35 - Copyright © 2006 http://www.easybourse.com

bio

 
 
 
 
 
 

la phrase du jour


"Dans l'ensemble, les marchés résistent plutôt bien vu le contexte et le fait que les actions américaines se payent particulièrement chères", observent les équipes de Saxo Banque.

Précédemment

Nicolas Meusburger, Gérant analyste multigestion de La Banque Postale Asset Management

le 17/01/2018 16:51:00

Kris Deblander, Gérant de Edmond de Rothschild AM

le 12/01/2018 17:01:00

Jean-Marc Maringe, Gérant de Axa Investment Managers

le 08/01/2018 16:43:00

Stéphane Déo, Stratégiste de LBP AM

le 08/01/2018 16:41:00

Fabrice Plasson, PDG de Amoéba

le 20/12/2017 16:36:00

Stéphane Piat, Directeur général de Carmat

le 12/12/2017 14:57:00

Caroline Roussel-Maupetit, Directrice des opérations de Advicenne

le 29/11/2017 18:23:00

Dag Misselt, Spécialiste des investissements des pays nordiques de BNP Paribas Asset Management

le 28/11/2017 10:18:00

Théobald Veilleux, Responsable produits de bourse France de Vontobel

le 28/11/2017 10:15:00

Blandine Fischer, Commissaire générale de Salon Actionaria

le 28/11/2017 10:14:00

Caroline Gauthier, co-responsable small & mid cap européennes de Amundi

le 27/10/2017 10:49:00

Bertrand Puiffe, Gérant de Fidelity

le 10/10/2017 18:36:00

Etienne Binant, Directeur général de Biom'Up

le 10/10/2017 18:35:00

Frank Fischer, Directeur général délégué de Adeunis

le 29/09/2017 15:14:00

Christopher Dembik, Responsable de la recherche macroéconomique de Saxo Bank

le 19/09/2017 11:26:00

Marco Bruzzo, Directeur général délégué de Mirabaud AM

le 29/08/2017 14:07:00

Didier Roman, Gérant de Tocqueville Finance

le 29/08/2017 14:05:00

Yves Maillot, Directeur gestion actions européennes de Natixis Asset Management

le 13/07/2017 11:56:00

Philippe Uzan, Directeur des Gestions de Edmond de Rothschild Asset Management

le 13/07/2017 11:54:00

Jeanne Asseraf-Bitton, Responsable Recherche de Lyxor AM

le 11/07/2017 12:08:00

vos questions a

Posez vos questions à l'une des personnes interviewées dans notre liste.

Vos questions à l'adresse suivante : contact@cerclefinance.com vosquestions@cerclefinance.com
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.