Accueil > Dossier

Euronext: lourde sanction

Des inquiétudes 'cycliques' sur les volumes



Lourde sanction aujourd'hui, sur l'un de ses propres marchés, pour l'opérateur boursier paneuropéen Euronext. En baisse d'environ 6% à la Bourse de Paris, l'action Euronext tient la tête des plus fortes baisses de l'indice large de "blue chips" parisiennes SBF 120 après la publication d'une note négative par un bureau d'études, UBS.

Point central : les volumes. Le dernier point mensuel publié par Euronext à ce sujet remonte au 4 mai : de janvier à avril, indiquait le communiqué, le volume quotidien moyen échangé sur le "comptant" (les marchés "cash") s'établissait à 8,5 milliards d'euros, soit 14,2% de mieux que durant les quatre premiers mois de 2017. Le document indiquait aussi qu'au seul mois d'avril, la tendance était négative : - 8,8% par rapport à ce même mois en 2017.

Ce qui semble être le point de départ de la note publiée par UBS ce matin : les analystes estiment que cette dernière contraction n'est qu'un début, et qu'elle marque un retournement de cycle. Parmi les indices utilisés pour le déceler, UBS cite les flux de capitaux vers les ETF du Vieux Continent et les résultats (anticipés, peut-on supposer) des entreprises, qui tous deux pointeraient davantage pour une baisse des volumes futurs. Et ce alors que les commissions sur les échanges de titres représentaient 38% du CA d'Euronext au 1er trimestre 2018, soit plus que sur l'ensemble de 2017 (36%).

Un peu d'histoire : durant des derniers cycles, les baisses des volumes ont duré de 12 à 16 mois, et elles ont atteint de 30% à 40% relativement au point haut, calcule UBS.

Or à son prix actuel, l'action Euronext factorise selon les spécialistes une augmentation à terme des volumes de 20%, avec un taux annuel moyen de l'ordre de 5%. Ce qui n'est pas l'avis d'UBS : cette année, les analystes n'anticipent qu'une hausse de 2% pour les marchés cash, les trois derniers trimestres de 2018 devant être bien moins flamboyants que le premier, puis une contraction de 9% l'an prochain.

Certes, Euronext s'est diversifié ces dernières années, mais pas assez pour contrebalancer, juge une note. Autant d'éléments qui incitent les analystes à réduire leurs anticipations bénéficiaires, faisant retomber l'objectif de cours de 63 à 51 euros. Et de "neutre", le conseil sur la valeur passe à la vente. A en juger par la tendance du jour, le marché semble prendre ces arguments en considération.

A suivre sur l'agenda d'Euronext : le prochain point mensuel sur les volumes, celui de mai, dans les premiers jours de juin. Les comptes du 2e trimestre sont quant à eux attendus le 3 août.

EG
 

lexique

 
 
 
 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.