Accueil > Dossier

Zodiac: avertissement sur ses résultats.

L'OPA de Safran moins certaine que jamais.



A la Bourse de Paris, l'année 2017 s'était ouverte sur des fusions de grande taille. Avec le rapprochement d'Essilor et de Luxottica, celui de Safran et de Zodiac Aerospace semblait devoir être l'une des grandes opérations de l'année. Mais au-delà de la fronde de certains actionnaires de Safran, les multiples “warnings” de Zodiac battent cette anticipation en brèche.

Rien à faire : Zodiac Aerospace a décidément toutes les peines du monde à redresser la barre. A l'occasion des comptes semestriels 2016/2017 reportés et finalement publiés ce matin, le groupe a lancé... un nouvel avertissement sur ses résultats, un mois et demi après le dernier en date. En effet, Zodiac aligne maintenant une douzaine de 'warnings' en deux ans environ.

Dans ces conditions, l'OPA qui, à 29,47 euros initialement, valorisait Zodiac 8,6 milliards d'euros, n'est plus du tout à l'ordre du jour. Safran avait prévenu, lors de l'avant dernier 'warning' de sa cible, qu'il allait en tenir compte. Ce qui sous-tend que le prix initial n'est plus valide, une hypothèse confirmée ce matin. D'ailleurs au cours actuel de 21,6 euros, Zodiac ne capitalise plus que 6,3 milliards.

Autant dire que les négociations en cours entre Safran et Zodiac ne doivent guère avantager ce dernier. Comme l'indique le cours de Bourse de Zodiac, une révision en forte baisse du prix d'OPA est plus que jamais actée par le marché. Et que dire des fonds d'investissement qui, comme l'activiste britannique TCI, contestent depuis le début cette opération ? TCI la considère comme un non sens stratégique hors de prix pour Safran, ainsi qu'une mise en cause des droits des actionnaires. Rien de moins. D'autant que dans ces nouvelles conditions, on peut s'interroger sur la motivation de Safran.

Ce n'est pas tout : certes, par la voix du président du conseil de surveillance, Didier Domange, Zodiac affirme ce jour que “la finalisation des discussions avec Safran (...) reste notre souhait”.

Mais le groupe a aussi officialisé les informations de presse lui prêtant l'intention alternative d'arrêter les frais. Comment ? D'abord en annonçant que l'actuel patron opérationnel de Zodiac, Olivier Zarrouati, est sur le départ et quittera le groupe lorsque les discussions avec Safran seront terminées. En attendant, M. Zarrouati est flanqué d'un “conseiller spécial” en la personne de Yann Delabrière, ex-directeur général de Faurecia, qui joue aussi le rôle de dauphin potentiel dans le cas où Zodiac resterait indépendant.

En effet, Zodiac l'écrit maintenant noir sur blanc : “dans l'hypothèse où les négociations avec Safran n'aboutiraient pas à un accord”, indique la direction,” (la) mission (de Yann Delabrière, ndlr) portera sur le développement du plan 'stand alone' du groupe Zodiac et de toute question intéressant la mise en place de la gouvernance opérationnelle la plus efficace pour le futur”, affirme le groupe.

Autant dire que l'OPA de Safran sur Zodiac ressemble, un peu plus chaque jour, à un fiasco. A suivre.

EG
 

lexique

 
 
 
 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.