Accueil > Dossier

Total: demeure une valeur pétro-gazière

Accélère sa diversification avec Direct Energie



Certes, Total demeure une valeur pétro-gazière ainsi, pour les boursiers, qu'une valeur de rendement à forte visibilité, en raison de sa solidité financière et de ses prévisions de coupon à moyen terme. Mais le groupe se diversifie plutôt rapidement, notamment avec l'annonce ce matin du rachat de Direct Energie moyennant près de deux milliards d'euros.

Rappelons que l'essentiel de l'activité et des profits de Total se concentre toujours dans ses grandes divisions historiques : l'Exploration-production, coeur de métier du groupe, ainsi que les branches Raffinage-chimie et Marketing & services qui en procèdent.

Depuis presque deux ans jour pour jour (c'était le 19 avril 2016), le groupe compte également une quatrième division : Gas, Renewables & Power. "Elle est destinée à porter l'ambition du groupe sur la chaîne de l'électricité à travers le développement dans l'aval gaz et dans les énergies renouvelables mais aussi dans le métier de l'efficacité énergétique", écrivait alors Total.

Peu de temps après, en juin 2016, le groupe avait mis la main sur le distributeur alternatif belge de gaz et d'électricité Lampiris, qui comptait environ un million de clients, en France et surtout en Belgique.

Récemment, Total a "musclé" sa présence sur ce nouveau marché : alors qu'il compte à ce jour environ 1,5 million de clients, il a lancé en octobre son offre d'électricité et de gaz Total Spring, en visant - indiquait-il alors - au moins trois millions de clients en France.

Si l'acquisition de Lampiris avait mobilisé, selon des sources de presse, environ 180 millions d'euros, celle de Direct Energie est bien plus importante : Total va racheter le 2e distributeur alternatif français d'électricité et de gaz contre 42 euros par action, ce qui le valorise environ 1,9 milliard d'euros. L'opération est donc bien plus importante, tout en demeurant relativement limitée au regard de la capitalisation boursière de Total (environ 130 milliards d'euros), de son "gearing" (dette nette sur fonds propres ; 13,8% seulement à fin 2017), et aussi par son prix, qui représente environ 12,5 fois l'EBITDA de Direct Energie attendu en 2018.

En revanche, cet achat devrait doper l'importance de la division Gas, Renewables & Power au sein de Total, puisque Direct Energie compte 2,6 millions de clients. La base de clientèle énergétique "franco-belge" de Total va donc dépasser les quatre millions, sachant que le groupe vise maintenant, à horizon 2022, un chiffre d'au moins sept millions.

Total va donc accroître sa diversification sachant que Gas, Renewables & Power concentrait seulement 4,1% du "résultat opérationnel net ajusté des secteurs" en 2017, ainsi que 6,9% au 4e trimestre.

A suivre sur l'agenda de Total : les comptes du 1er trimestre 2018, attendus le 26 avril.

EG
 

lexique

 
 
 
 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.