Accueil > Dossier

Essilor: lance un double avertissement.

Déception en attendant la fusion avec Luxottica.



Par ses fondamentaux et la taille imposante qu'il occupe sur le marché de l'optique ophtalmique, Essilor International fait sans aucun doute toujours partie des valeurs de qualité. Reste que des semestriels décevants et le double avertissement lancé par le groupe pèsent sur l'action : en berne de plus de 4% ce midi à la Bourse de Paris, le titre Essilor ne prend plus que 2,7% depuis le début de l'année. Soit la moitié seulement de la performance de l'indice phare CAC 40 sur la période. En vue : le rapprochement avec l'italien Luxottica.

Qu'a donc annoncé le groupe français ce matin ? Tout d'abord qu'au premier semestre, sa croissance s'est tenue, mais moins bien que prévu. "En base homogène", ce qui correspond chez Essilor aux données comparables, les ventes qui avaient progressé de 2,4% au 1er trimestre ont enchaîné sur une hausse de 2,5% au 2e trimestre (T2). Avec une accélération sensible en Amérique du Nord, premier marché du groupe, même si elle est moins marquée en Europe, et une faiblesse du côté de Sunglasses & readers. C'est manqué : le consensus tablait au T2 sur une bien meilleure tendance (+ 3,3%).

En outre, les résultats correspondants sont bien ternes puisque sur le semestre, le résultat net part du groupe reste pratiquement stable : + 4% en données ajustées de la préparation de la fusion avec Luxottica, à 433 millions, et - 2,3% en données publiées, à 440 millions.

Pire : Essilor se montre moins optimiste pour la suite de l'exercice 2017. Le PDG Hubert évoque "un environnement de marché plus tendu suite à l'annonce de notre rapprochement avec Luxottica", annoncé en tout début d'année.

Et le groupe de lancer un double avertissement sur ses prévisions pour 2017, tant en ce qui concerne la croissance que les marges. Précédemment attendues en hausse de 6 et 8%, les ventes hors changes ne devraient plus progresser que de 6 à 7%. En base homogène, la fourchette de 3 à 5% n'est plus d'actualité : ce sera plutôt “autour de 3%”, ce qui ne présage plus d'une accélération au second semestre.

Voilà qui pèsera, quoi qu'avec mesure, sur les perspectives de rentabilité : la marge opérationnelle ajustée de 2017 est maintenant attendue “proche de 18,5%”, c'est-à-dire légèrement sous ce niveau, et non plus “autour de 18,5%”. Elle était de 18,4% au premier semestre.

En un sens, ce "warning" modéré mais bien réel vient confirmer l'intérêt du rapprochement d'Essilor avec le lunetier italien Luxottica. Une grosse opération puisqu'à ce jour, chacun des deux groupes capitalise séparément 24 milliards d'euros environ à Paris et à Milan. Ce faisant, Essilor participerait à une concentration verticale du secteur de l'optique au sens large, sa part du marché de l'optique ophtalmique lui interdisant une opération “horizontale”. Et Essilor accéderait directement à ses clients, Luxottica disposant d'un imposant réseau de magasins de détail.

Où en est ce projet ? “Nous sommes en ordre de marche pour finaliser l'opération dans les meilleurs délais”, c'est-à-dire “autour de la fin de l'année”, a ajouté Hubert Sagnières.

La concrétisation de ce rapprochement pourrait redonner un coup de fouet aux profits du futur EssilorLuxottica, puisque “le nouvel ensemble devrait générer progressivement des synergies de chiffre d'affaires et de coûts, qui atteindraient un montant compris entre 400 et 600 millions d'euros à moyen terme et qui s'accéléreraient sur le long terme”, estimaient les deux géants en début d'année.

EG

 

lexique

 
 
 
 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.