Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Marché: la BCE tente d'interrompre l'hémorragie

(CercleFinance.com) - Après une nouvelle dégringolade la veille (-5,9%), la Bourse de Paris devrait ouvrir sur un repli limité jeudi matin, les dernières décisions de la BCE semblant apaiser les investisseurs même si Wall Street a connu hier une nouvelle séance mouvementée.


Vers 8h15, le contrat futur sur l'indice CAC 40 - échéance février - recule d'environ 15,5 points à 3737 points, annonçant une ouverture en très léger recul, voire autour de l'équilibre.

Il faut dire que la Banque centrale européenne a sorti l'artillerie lourde hier soir en annonçant le lancement d'un programme d'achat d'actifs d'un montant de 750 milliards d'euros, qui sera mis en place jusqu'à la fin 2020 au moins.

Les acquisitions de l'institution porteront à la fois sur des titres publics et privés, éligibles dans le cadre de son programme d'achat d'actifs (APP) déjà existant.

"La logique de ce programme est simple. Les Etats vont dépenser des sommes folles pour compenser les effets négatifs que l'épidémie aura sur l'activité", indique Philippe Waechter, le chef économiste d'Ostrum.

"Il faudra dans le même temps que les taux d'intérêt restent bas pour éviter un choc financier tant sur le budget des Etats que des entreprises. La BCE se met en face des émissions nouvelles pour les neutraliser", explique-t-il.

Totalement insensible aux mesures prises par la BCE, Wall Street a frôlé la catastrophe hier soir, le Dow Jones n'ayant finalement cédé que 6% après s'être effondré de plus de 11% en cours de séance.

L'indice historique a désormais effacé la quasi-totalité des gains qu'il avait engrangés depuis l'investiture de Donald Trump, fin janvier 2017.

Pour les équipes du courtier britannique IG, seules des mesures de confinement fortes de la part des Etats-Unis peuvent conduire à un recul du virus et permettre aux investisseurs de retrouver de la confiance, et de profiter des mesures de soutien au niveau mondial, qui dépassent désormais les 1.900 milliards de dollars.

"Sans mesures fortes pour confiner la population, toutes les mesures monétaires, budgétaires ou fiscales ne serviront à rien pour redonner espoir aux investisseurs et la chute des marchés devrait se poursuivre et l'impact sur l'économie n'en sera que plus catastrophique", estime Vincent Boy, l'un de ses analystes.

Problème, la chute des matières premières est peut-être annonciatrice d'une autre crise.

Le baril de pétrole américain a perdu près de 25% hier, jusque vers 20,5 dollars, ce qui porte son plongeon sur le mois écoulé à quelque 60%.

Si le cours du "WTI" reste ancré sous les 30 dollars, tous les producteurs énergétiques basés au Texans ou dans le Dakota du Nord peuvent fermer les puits.

Au vu des cours des spécialistes de l'énergie hier à Wall Street, les opérateurs semblent déjà intégrer la faillite de certains producteurs.

Copyright (c) 2020 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.