Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Devises: l'euro tient le choc après un lundi difficile

(CercleFinance.com) - Mardi midi sur le marché des changes, la monnaie unique européenne se reprenait contre le yen, le dollar et le franc suisse après une baisse marquée lundi en séance, dans le sillage de la correction des marchés d'actions américains.
Ce midi, l'euro grappille 0,12% à 1,2399 dollar, tendance qui vaut peu ou prou contre le yen et le sterling. L'euro gagne 0,41% face au franc suisse, à 1,1586.

Hier en effet, la sanction a été rude : face à trois devises considérées, à des degrés divers, comme des valeurs refuge, l'euro a perdu la veille 1,59% contre le yen, 0,61% contre le dollar et 0,56% contre le franc suisse.

En cause : la tension plutôt rapide des taux d'intérêts à long terme, alors que la tenue de la croissance et l'orientation des salaires aux Etats-Unis, et l'accélération conjoncturelle qui prévaut toujours en Europe, laissent entrevoir le retour de l'inflation. Or la hausse des prix à la consommation était justement l'agrégat que les banques centrales, via leurs politiques non conventionnelles, ne parvenaient pas, jusqu'à ce jour du moins, à faire remonter.

Or avec la croissance du PIB, l'inflation est aussi l'une des composante des taux d'intérêt à long terme, et ces derniers ont donc grimpé dernièrement : aux Etats-Unis, le rendement du T-Note fédéral à dix ans a brièvement atteint, hier en séance, les 2,88%, nouveau sommet depuis janvier 2014.

D'un point de vue fondamental, la tension des taux d'intérêt à long terme renchérit les coûts de financement des entreprises et des ménages, ce qui tend à limiter la croissance.

D'un point de vue financier, la hausse des taux longs modifie la perception que les investisseurs ont des obligations. Menés à partir de 2008, les rachats d'actifs obligataires (QE) des banques centrales, Fed en tête, avaient pour but de faire baisser les taux longs afin de doper l'économie. Et pour conséquence, suivant le "timing" et l'intensité desdits QE, de faire baisser la valeur relative des devises en question.

Mais à ce jour, la reprise économique se généralise, d'autant que les derniers indicateurs permettent d'en juger. IHS Markit rapporte ces derniers mois qu'au sein de l'appareil productif de la zone euro, les tensions sont de plus en plus marquées, ce qui pourrait présager d'un contexte inflationniste. Et aux Etats-Unis, le rapport sur l'emploi publié vendredi témoignait d'une hausse des salaires plus marquée que prévu en janvier. Parallèlement, la BCE a réduit son QE de moitié en janvier, et la Fed, qui avait arrêté le sien en 2014, vient de commencer à réduire son bilan.

Bref, après bien des années de "répression financière" caractérisée par l'écrasement des taux d'intérêt à long terme, ces derniers retrouvent des raisons de se tendre. L'investissement obligataire, très majoritaire dans l'épargne financière mondiale, pourrait donc reprendre une partie de la place prise par les actions des dernières années, durant lesquelles les indices boursiers de Wall Street n'ont pratiquement fait que monter.

La prise de conscience du phénomène (ou du risque) a pu induire la correction plutôt violente à Wall Street ces deux dernières séances. Ce qui tend à provoquer un mouvement de repli des investisseurs vers les actifs moins risqués (les obligations, relativement aux actions), et a mécaniquement fait retomber le rendement du T-Note à dix ans vers 2,70%, hier en fin de séance et ce matin. Mais l'appétit pour les "papiers" de taux libellés en dollar a cependant tiré le billet vert à la hausse.

"On assiste, simplement, à une respiration du marché bien que les thématiques de la croissance, des taux, de l'inflation ou encore du taux de change puissent constituer de réels problèmes à moyen terme", commentent les spécialistes de Saxo Banque ce matin.

Du côté des statistiques, on a appris ce matin que les commandes à l'industrie allemande avaient augmenté de 3,8% au mois de décembre 2017 contre une anticipation de + 0,7% seulement, mais après - 0,1% le mois précédent.

Aucune donnée significative n'est attendue cet après-midi des Etats-Unis.

EG


Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.