Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Paris: refranchit les 4.500, W-Street confirme +5% mi-séance

(CercleFinance.com) - Comme à chaque clôture depuis 3 séances, le CAC40 gagne entre +0,5 et +1% de plus au moment du "fixing": le CAC40 est passé en 5 minutes de compensation de 4.
499 à 4.543 !

Le volume d'échanges s'élève à 5,3MdsE, un volume moyen compte tenu d'un grand écart entre -2,5% ce matin et +2,5% ce soir.
L'envolée d'Airbus (+21% à +25% en fin se séance) explique largement la surperformance du CAC40 par rapport à l'Euro-Stoxx50 (+1,7% à 2.847).

La hausse du jour en Europe s'explique surtout par la flambée de +5% de Wall Street qui se confirme à la mi-séance, avec un Dow Jones qui se rapprochait des 22.400Pts vers 17H30.
Une forte progression favorisées par la mise en place d'un gigantesque plan de relance budgétaire aux États-Unis de 2.000Mds$ tandis que le G20 annonce mettre 5.000Mds$ sur la table.
La FED prévoit un redémarrage de l'économie américaine au 2ème semestre. Elle assure ne pas être à court de munitions monétaires et rappelle que ses capacités d'action ("QE") sont "no limit".
Le doublement de son bilan (à 50% du PIB US) sera acté début avril: la FED rappelle qu'il n'y a pas de limite théorique à sa capacité d'achat.

La hausse de Wall Street constitue une heureuse surprise, surtout après la publication d'une hausse de près de 3,3 millions de personnes inscrites au chômage la semaine dernière, ce qui n'est qu'un prélude des statistiques bien plus spectaculaires au cours des prochaines semaines.

Le S&P500 grimpe également de +4,7% ce soir et le Nasdaq se rapproche des +4%... et le baromètre du stress, le VIX, se détend enfin en-deçà des 60: -6,6% à 59,7.

Si les scores de la mi-séance sont confirmés en clôture, les indices US semblent bien partis pour leur plus forte hausse hebdomadaire depuis 2008 (S&P500) et même 1931 (Dow Jones).

Rappelons que les sénateurs américains ont ratifié dans la nuit un plan de soutien à l'économie de quelque 2.000 milliards de dollars destiné à faire face aux conséquences économiques désastreuses de l'épidémie de coronavirus.
Mais le vote du "Covid Bill" rentre maintenant dans la catégorie du "fait accompli" et la réaction favorable des places boursières pourrait ne se révéler que temporaire.

"Les mesures maintenant intégrées, les acheteurs devraient s'écarter du marché", préviennent ce matin les équipes d'IG, pour qui une seconde vague de correction risque maintenant se mettre en place, notamment en cas d'accélération de la propagation du Covid-19 aux États-Unis.

Du côté des données statistiques, le climat des affaires en France chute fortement au vu de l'indicateur synthétique de l'Insee du mois de mars: il perd dix points pour s'établir à 95 et connaît ainsi sa plus forte baisse depuis le début de la série (1980).

Comparés à ceux de février, les climats des affaires se détériorent très fortement dans les services (-14 points) et le commerce de détail (-13 points). Celui dans l'industrie perd trois points, tandis que celui dans le bâtiment reste stable à un haut niveau.

Le chiffre le plus attendu du jour, c'était celui publié à 13H30 par le Département américain du Travail: il a enregistré +3.283.000 nouveaux inscrits aux allocations chômage la semaine dernière, à comparer à 282.000 la semaine précédente (281.000 en estimation initiale et 220.000 la semaine précédente).

Sans surprise, le chiffre définitif de la croissance du PIB américain ressort à 2,1% en rythme annuel au quatrième trimestre 2019, selon la troisième estimation du Département du Commerce.

La croissance économique s'est ainsi maintenue par rapport au taux de 2,1% du trimestre précédent, soutenue par les dépenses de consommation des ménages, les dépenses des administrations, l'investissement fixe résidentiel et les exportations.
Les estimations concernant le 2ème trimestre 2020 vont entre -14 et -20% selon divers économistes de brokers américains.

Dans l'actualité des valeurs, Airbus prend +20,5% dans le sillage de Boeing (+15%) et s'impose largement en tête du CAC, loin devant Safran avec +12,1% et Cap Gemini avec +9%.
Unibail-Rodamco et Klépierre (-8%) figurent de nouveau en forte baisse ce jeudi, revenant à proximité de leurs récents planchers historiques.

Suez annonce "prendre des mesures fortes à court terme pour réduire ses dépenses et ses coûts d'une manière significative, au-delà de ce qui était initialement prévu", et réduire les investissements cette année d'environ 15% par rapport à leur niveau de 2019.

Casino (+1%) publie au titre de l'année 2019 un résultat net normalisé part du groupe en baisse de 35,4% à 212 millions d'euros, soit 1,62 euro par action, et un résultat opérationnel courant en repli de 5,3% à 1.292 millions (-3,1% à taux de change constant). Le chiffre d'affaires du groupe de distribution alimentaire atteint 34,6 milliards d'euros, soit une hausse de 4,2% en organique et de 0,9% au total après prise en compte notamment des effets de change et d'hyperinflation de -1,9% et de l'effet périmètre de -0,8%.

Legrand (+5,8%) annonce suspendre ses objectifs 2020 publiés le 13 février dernier qui s'entendaient, comme annoncé, "hors changement majeur de l'environnement économique éventuellement lié à l'évolution de la situation sanitaire mondiale".

Le groupe Roche Bobois annonce ce jour une nette hausse de son résultat net en 2019, porté à 10,8 millions d'euros, ce qui correspond en comparaison annuelle à une hausse de +61,2%. De même, l'EBITDA courant augmente de +13,2%, et s'affiche pour l'exercice 2019 à 25,3 millions d'euros. Les revenus, pour leur part, augmentent de +6,9% et atteignent 274,7 millions d'euros.


Copyright (c) 2020 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.