Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

EssilorLuxottica: prend une revanche estivale sur le CAC 40

(CercleFinance.com) - Bien sûr, les valeurs du luxe comptent trois représentants parmi les sept premières capitalisations du CAC 40, dont LVMH est toujours la plus imposante.
Mais elles ont corrigé ces dernières semaines dans un contexte où tout inquiète, de la croissance mondiale à la Chine, en passant par le commerce international, les facteurs politiques, monétaires, et même militaires. D'ailleurs, le CAC 40 a rétrocédé 4% en un mois.

Or l'une des composantes de l'indice phare parisien se distingue : l'action EssilorLuxottica, qui le 1er août a marqué un nouveau record historique à quelques dizaines de centimes des 130 euros. Ces 30 derniers jours, ce titre a pris près de 12%, ce qui en fait la plus forte hausse du CAC sur la période - et de loin.

Ainsi, la valorisation boursière du géant de l'optique, qui atteint 56 milliards d'euros, le classe après Kering (57,2 milliards), la maison mère de Gucci, et Vinci (56,3 milliards). Soit en neuvième position au sein du "benchmark" parisien, juste devant Danone.

Et pourtant, après une constitution en fanfare le 1er octobre 2018, le groupe formé par le numéro un mondial des verres ophtalmiques, le français Essilor International, et le géant italien des montures de lunettes Luxottica, avait connu un hiver bien difficile. En cause : sa direction. En effet, si le capital d'Essilor était éclaté, celui de Luxottica était très largement contrôlé par son fondateur, Leonardo Del Vecchio. Ce dernier détient donc à lui seul plus de 30% du capital d'EssilorLuxottica, ce qui lui donne un poids certain, d'autant qu'il en est aussi le PDG.

D'après les accords de fusion, l'ex-patron d'Essilor, Hubert Sagnières est son "alter ego" en termes de pouvoirs. Son titre compliqué de directeur général délégué et de vice-président d'EssilorLuxottica ne doit pas induire en erreur : il n'est pas le second de Leonardo Del Vecchio. D'ailleurs, lorsque les deux hommes se sont affrontés cet hiver, le marché a redouté - à raison - la paralysie du groupe, douté des synergies issues de la fusion, voire de la croissance des ventes. Un tel contexte n'était-il pas propice à une offensive commerciale de la part des concurrents d'Essilor (on pense à Hoya) et de Luxottica ?

Puis au printemps, ces doutes se sont atténués les uns après les autres. D'abord, les deux "co-patrons" ont conclu une trêve, ce qui est évidemment un bon point pour bien des raisons, dont la recherche du futur directeur général d'EssilorLuxottica.

De plus, le point d'activité du 1er trimestre puis les comptes semestriels ont démontré que la croissance accélérait : les ventes n'ont donc pas souffert, au contraire, alors que le rapprochement des deux groupes avance, finalement, à bon rythme.

Enfin, EssilorLuxottica ne semble qu'un premier pas vers EssilorLuxotticaGrandVisionEtc. - c'est ce qu'Hubert Sagnières a déclaré cette semaine à une agence de presse -, puisque le groupe est maintenant en train d'étoffer encore son activité de distribution en rachetant ce groupe néerlandais détenant GrandOptical et la Générale d'optique. Certes, GrandVision capitalise plus de sept milliards d'euros, mais EssilorLuxottica a été formé par une OPE et n'est pas endetté. Il a donc les moyens de procéder à d'importantes acquisitions et ainsi d'étoffer son périmètre autant que sa part de marché. De quoi faire fi du ralentissement conjoncturel mondial et de la concurrence.

En somme, la concentration verticale qui a rapproché Essilor de Luxottica se poursuit de manière plus classique, à l'horizontale, avec le développement à grande vitesse du réseau de détail du groupe, de plus en plus proche de ses clients finaux. Manifestement, la Bourse apprécie ce nouveau modèle économique.

EG



Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.