Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

CAC40: rebond limité en attendant l'IPO d'Uber, $ à 1,1245E

(CercleFinance.com) - La progression de la Bourse de Paris se réduit lentement au fil des heures (+0,4% à 5.
336 contre +1,1% peu après l'ouverture, vers 5.372Pts) alors que les investisseurs s'inquiètent toujours du bras de fer commercial sans fin que se livrent les Etats-Unis et la Chine.

L'euro-Stoxx50 affiche également +0,4% de hausse à 3.364... ce qui réduit légèrement la perte hebdomadaire à -3,8%.

C'est aujourd'hui qu'entre officiellement en vigueur le relèvement à 25% des droits de douane sur quelque 200 milliards de dollars de produits importés chinois décrétés par Donald Trump le week-end dernier.

Cette décision intervient alors que les pourparlers commerciaux entre les deux pays se poursuivent à Washington, ce qui n'augure rien de bon pour la suite des négociations.

"Moody's a d'ores et déjà prévenu qu'une guerre commerciale totale risquait de précipiter l'économie américaine en récession dès 2020", soulignent ce matin les équipes de Danske Bank.

Donald Trump continue néanmoins de soumettre les marchés et les émissaires chinois au régime de la douche écossaise, ce qui promet encore beaucoup de volatilité dans les séances à venir.

Hier, le marché parisien avait un temps subi une correction de l'ordre de 2%, avant d'en terminer sur un repli de 1,9% à 5313 points, correspondant à un recul de 5% depuis son zénith des 5600 points. Après l'enfoncement des 5345 points, la tendance haussière moyen terme semble plus que jamais fragilisée.

"Graphiquement, la tendance reste baissière sous les 5380 points. Seul le dépassement de ce niveau autoriserait le scénario d'une reprise technique avec les 5430 points comme premier objectif", indique-t-on du côté de la banque privée parisienne Cholet Dupont.

C'est dans ce contexte troublé qu'Uber va faire ses premiers pas en Bourse à New York aujourd'hui, sur la base d'un prix d'introduction de 45 dollars l'action, ce qui valorise le groupe à 75,4Mds$, contre plus de 100Mds$ estimé au début de l'automne dernier.

Les déboires boursiers de son principal concurrent Lyft depuis son IPO (chute de -25%) ont conduit la direction d'Uber à revoir les ambitions à la baisse, et se contenter de 8,1Mds$ de levée de fonds quand un chiffre de 10 à 11Mds$ circulait encore un mois auparavant.

Sur le front des statistiques, les prix à la consommation ont progressé de +0,3% en avril contre +0,4% anticipé, hors alimentation/énergie, l'inflation "core" ressort à +0,1% au lieu de +0,2%: toujours aucune résurgence inflationniste à l'horizon.

Le Dollar poursuit son repli et cède -0,3% vers 1,1245/E (l'Euro se redresse de +0,5% cette semaine face au $).

Du coté des valeurs à Paris, Air France-KLM fait part d'un trafic passage total en croissance de 9,5% au titre du mois d'avril, sur la base d'une capacité en hausse de 8,8%, ce qui a abouti à un coefficient d'occupation en retrait de 0,6 point à 88,7%.

Natixis a annoncé hier soir un résultat net part du groupe retraité de l'impact IFRIC 21 et hors éléments exceptionnels de 334 ME au 1er trimestre 2019. En intégrant les éléments exceptionnels (+572 ME nets d'impôt au 1er trimestre 2019) et l'impact IFRIC 21 (-142 ME au 1er trimestre 2019), le résultat net part du groupe publié s'établit à 764 ME.

Kering a annoncé avoir conclu un accord hier avec les autorités fiscales italiennes dans le cadre de la procédure ouverte à l'encontre de sa filiale suisse Luxury Goods International (LGI). Selon les termes de l'accord, le montant des impôts supplémentaires à payer s'établit à 897 millions d'euros, auxquels s'ajoutent des pénalités et intérêts. Le montant total s'établit ainsi à 1,25 milliard d'euros.

Plus forte baisse du SBF 120, l'action ADP chute de près de 10% : le Conseil constitutionnel a décidé jeudi que les conditions pour le lancement d'un référendum d'initiative partagée (RIP) sur une proposition de loi "visant à affirmer le caractère de service public national de l'exploitation des aérodromes de Paris" étaient réunies. Ce qui est susceptible de retarder, sinon de rendre impossible la privatisation envisagée par le gouvernement.

Le Conseil constitutionnel se prononçait ainsi sur une proposition de loi présentée, comme le prévoit le RIP, par plus d'un cinquième des parlementaires, et qui n'est pas jugée anticonstitutionnelle.

Reste maintenant à recueillir, dans les neuf mois qui viennent, les 4,7 millions de signatures de citoyens nécessaires au RIP, puis le cas échéant à organiser le scrutin référendaire.

Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.