Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Paris: douché par Trump, W-Street ragaillardi par la FED

(CercleFinance.com) - Wall Street manifeste clairement sa satisfaction suite au communiqué de la FED en conclusion de son 2ème FOM de l'année 2019.


Les indices US effacent leurs pertes initiales, le Dow Jones remonte de -0,6% dà +0,1%, le S&P500 repasse de -0,4% à +0,2% et le Nasdaq bondit de -0,1% vers +0,6%.

Le communiqué final de la FED entérine le gel des taux (2,25/2,50%) pour une période de 9 à 12 mois selon les "dot plots" (anticipations des divers membres de la FED): une certitude, pas de hausse de taux en perspective cette année.

Le diagnostic économique reste optimiste mais la prévision de croissance est revue de +2,2% à +2,1%, l'objectif d'inflation abaissé de +1,8 à +1,7%.

La réduction du bilan de la FED ("normalisation") sera progressivement ralenti à partir du mois de mai puis arrêté en septembre.

Ces annonces "dovish" (ou accommodantes) faisaient reculer encore plus nettement le rendement des T-Bonds 2029 de 2,61% vers 2,5600%, le "30 ans" fait son grand retour sous les 3,00%, à 2,995% contre 3,035% mardi.

Le compartiment des valeurs financières chutait de -1,5% avec ces annonces qui signifient un écrasement durable des marges des banques sur le crédit.

Les places européennes avaient mal fini la journée, suite à une déclaration de Donald Trump qui menace la Chine d'un maintien des sanctions pour une longue période si Pékin ne signe pas un "bon accord" et qui stigmatise également l'Europe "qui a été aussi dure que la Chine sur le plan commercial à l'encontre des Etats Unis".

Une vraie douche froide alors que la veille, la presse US annonçait le déplacement de Steven Mnuchin à Pékin la semaine prochaine, et le vice-premier Ministre chinois était attendu à Washington la semaine suivante, prélude -pensait t'on- à la signature d'un accord commercial définitif (alors pourquoi les menaces du jour ?).

Le CAC40 (-0,8% à 5.383) ne parvient pas à préserver les 5.400, in extremis... mais çà, c'était avant le communiqué de la FED.
Le CAC0 rouvritait largement au-dessus des 5.400 si les cotations reprenaient à 19H30.
La bourse de Francfort qui était déjà très lourde depuis ce matin, suite au "profit warning" de BMW (-5%) et à la chute de -10% de Bayer (procès Monsanto qui tourne mal pour sa filiale Monsanto en Californie) termine en baisse de pratiquement -1,7%.

La séance à Wall Street vire au rouge vif alors que les indices US étaient attendus en hausse ce matin : à mi-séance, les scores sont négatifs de -0,6% en moyenne, le Nasdaq résiste mieux avec -0,4%, le Dow Jones lâche -0,7%.

L'E-Stoxx50 finit en recul de -1,1% à 3.372, dans le sillage de Francfort ou les les opérateurs semblent également se souvenir, avec 24H de retard, de la prudence des "5 sages" qui conseillent le gouvernement allemand et qui n'espèrent pas plus de 0,6% de hausse du PIB germanique en 2019.

Hors zone Euro, c'est Londres qui s'en sort le mieux avec à peine -0,4% sur le FT100... qui pourrait repasser positif à tout moment.

La prudence prévalait également à quelques heures de la conclusion de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed (FOMC), après la clôture en Europe.

"À suivre aujourd'hui, la décision de la FED sur les taux à 19h, même si les marchés n'attendent pas une modification des taux, ils vont surtout être attentifs à d'éventuelles précisions sur les perspectives économiques à venir afin d'avoir plus d'éléments pour anticiper une modification future", anticipent les équipes de Saxo Banque.

L'Euro grimpe soudain de +0,75% 1,14300/$ et le baril de pétrole repart de l'avant à Londres (+0,7% à 68,25$).

En effet, le "Brent" suit comme son ombre le "WTI (+0,7% à 59,5$, nouveau record annuel à New York) après l'annonce par l'EIA (Energy Information Administration) de la baisse de -9,6 millions de barils à l'issue de la semaine du 8 au le 15 mars.

L'API (American Petroleum Institute) avait déjà dévoilé une chute de -2,1 millions de barils de "brut" la veille.

Les stocks d'essence chutent de -4,6 millions de barils, tandis que les stocks de fioul affichent -4,1 millions de barils la semaine dernière, selon l'EIA.

Côté chiffres "macro", les prix à la consommation au Royaume Uni ont augmenté à un rythme annuel de 1,9% en février, un taux en hausse de 0,1 point par rapport à celui affiché le mois précédent, selon l'office national de statistiques.

Par ailleurs, l'indice des prix à la production du Royaume Uni a augmenté de 2,2% sur un an le mois dernier, contre une progression annuelle de 2,1% en janvier, avec des contributions positives de l'ensemble des catégories de produits.

Dans l'actualité des valeurs, on notera la hausse de +1,1% d'Hermès dont les profits s'avèrent supérieurs à 1,4MdsE en 2018 et qui ne détecte aucun fléchissement des ventes en Chine.

Hermès annonce par ailleurs une rentabilité opérationnelle courante à 34,3% des ventes, proche du niveau de 2017.

Air Liquide (+0,7%) a annoncé hier la finalisation par Airgas de l'acquisition de Tech Air. Il s'agit d'un important distributeur indépendant de gaz industriels et de fournitures de soudage des Etats-Unis desservant plusieurs zones géographiques du pays.

Alstom a fait part ce matin d'un contrat chiffré à plus de 150 millions d'euros portant sur la fourniture de 41 trains régionaux qui seront utilisés en Bavière.

Peugeot (-3,3%) subit des prises de bénéfices et efface ses gains de la veille, sa filiale Faurecia décroche de -6,3% et menace le support des 39E

Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.