Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Marché: l'euro porté par une BCE un peu plus faucon

(CercleFinance.com) - Vendredi midi, pour cette dernière séance de la semaine, la monnaie unique européenne conservait les gains acquis hier après la réunion de la BCE face au billet vert et au yen nippon.
Après + 0,52% jeudi, la principale devise du Vieux Continent grappille encore 0,14% ce midi à 1,1707 dollar, portant sa hausse sur la semaine à environ 1,2%.

Quid des annonces de la BCE, hier, à l'issue de son conseil des gouverneurs ? Rien de révolutionnaire : la BCE a maintenu son principal taux directeur à 0 et il continuera d'en être ainsi "au moins jusqu'à l'été 2019 et, en tout cas, aussi longtemps que nécessaire".

Du côté "non conventionnel", les montants mensuels des rachats d'actifs seront comme annoncé ramenés de 30 milliards d'euros jusqu'en septembre à 15 milliards mensuels à partir d'octobre. Puis le QE devrait se terminer avec l'année 2018, fin décembre prochain. Ce qui devrait porter le total du bilan de l'établissement émetteur aux environs de 4.700 milliards d'euros, niveau auquel il devrait plafonner par la suite. En effet, il est toujours entendu que les tombées obligataires des actifs acquis seront réinvesties, après la fin du QE à l'européenne, "aussi longtemps que nécessaire".

Les spécialistes d'Aurel BGC relèvent que l'unique changement dans la communication de la BCE concerne le montant du QE (15 milliards d'euros, donc) entre octobre et décembre : ce dernier n'est plus conditionné aux statistiques économiques et peut donc dorénavant être considéré comme ferme. Ce qui n'est toujours pas le cas du terme du QE en décembre qui, lui, reste placé sous cette réserve. En effet, la BCE a relevé la récente aggravation des risques pesant sur la croissance.

Cela étant, la BCE s'est montrée relativement optimiste sur la conjoncture et sur la convergence de l'indice des prix à la consommation avec l'objectif que les traités lui assignent. Notons que les prévisions de croissance du PIB de l'Eurozone pour 2018 et 2019 sont "rabotées" de 0,1 point de pourcentage chacune, à respectivement 2% et 1,9%. Mais celles d'inflation ne bougent pas, à 1,7% jusqu'en 2020.

Bref, la BCE s'est montrée un petit plus "faucon" que la fois précédente, mais pas beaucoup. Ce qui a néanmoins permis à l'euro de s'apprécier et de reprendre la barre symbolique des 1,17 dollar.

Et après ? Chez UBS, on anticipe que le QE prendra effectivement fin en décembre, et que le premier "tour de vis" sur les taux courts interviendra en septembre 2019. Des détails sur la stratégie de réinvestissement des actifs devraient être communiqués d'ici la fin de l'année, ajoute UBS, en octobre ou bien en décembre.

A suivre tout à l'heure depuis les Etats-Unis, selon les analystes de Saxo Banque : "Les ventes au détail devraient afficher une solide performance de +0,4% et rester bien orientée à moyen terme du fait de la récente révision à la hausse du taux d'épargne des ménages. La production industrielle devrait être soutenue par le secteur manufacturier, en particulier automobile, avec un chiffre attendu par le marché à +0,3%".

Et de conclure : "Enfin, l'indice de confiance de l'Université du Michigan pour septembre (estimation préliminaire) est prévu en hausse par rapport à août à 96,8. Il sera surtout intéressant de noter l'important différentiel entre le sentiment des consommateurs (très bien orienté) et les attentes des consommateurs (qui restent très ternes). Ce différentiel est un élément".

EG




Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.