Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Marché: l'euro sous les 1,23 dollar après la BCE et Trump

(CercleFinance.com) - Vendredi midi sur le marché des changes, la monnaie unique européenne reculait de nouveau face à sa contrepartie américaine : - 0,17% à 1,2294 dollar, après - 0,77% la veille dans le sillage de la réunion de la BCE et de propos jugés plus "doux" de la part de Donald Trump.


Par ailleurs, la principale devise du Vieux Continent suit une tendance similaire contre le sterling et le franc suisse, tout en prenant 0,25% face au yen après la réunion de la Banque du Japon.

Si, hier, la BCE n'a pas annoncé de décision nouvelle, elle a cependant modifié sa communication : dans le communiqué de presse du précédent conseil des gouverneurs, en janvier, la banque centrale dirigée par Mario Draghi laissait la porte ouverte à une éventuelle augmentation et/ou prolongation de ses rachats d'actifs obligataires (le QE). Bien que dans les faits ils soient réduits depuis un an environ.

Or cette phrase ne figure plus dans le communiqué publié à l'issue de la réunion d'hier, ce qui suggère davantage d'optimisme sur la conjoncture, et correspond à une position plus "dure". "La BCE amorce ainsi une très timide inflexion de son discours, qui permet d'envisager maintenant plus concrètement la fin du programme de QE", commente ce matin un bureau d'études parisien. Peut-être lors de la réunion de juin, pronostique-t-il.

"Au plus tôt, nous n'anticipons pas de premier 'tour de vis' sur les taux courts avant l'été 2019", estime UBS.

En revanche, la révision trimestrielle des prévisions de croissance et d'inflation n'a été que cosmétique. A en croire la BCE, l'inflation ne semble pas prête de rallier l'objectif statutaire.

Selon la Banque Postale (LBP) AM, "la BCE fait un (petit...) pas de plus vers la normalisation" en adoptant un ton un peu plus "faucon". L'euro a donc monté hier dans un premier temps, avant d'inverser la vapeur à la faveur des échanges de Mario Draghi avec les journalistes.

En effet, "Mario Draghi a patiemment expliqué pendant la conférence de presse que tout ceci n'était que marginal et que la phrase enlevée n'était plus pertinente dans une économie qui s'améliore", ajoute LBP AM, qui termine : "Dit autrement, la BCE a fait un pas vers la normalisation sans que le marché ne le 'price'. Chapeau Mario !".

Quid de l'actualité américaine ? Tout en instaurant effectivement des droits sur l'acier et l'aluminium importés aux Etats-Unis, Donald Trump a évoqué des exemptions, ce qui a rassuré les marchés. Attention cependant au risque de mesures de rétorsions et à la diminution de la croissance mondiale qui découlerait de la généralisation de mesures protectionnistes.

Toujours du côté de l'actualité des banques centrales, la Banque du Japon a maintenu sa politique monétaire ultra-accommodante, et son discours n'augure pas d'un changement à brève échéance. De quoi peser sur le yen.

L'agenda statistique de la journée sera dominé par le rapport mensuel sur l'emploi américain, attendu cet après-midi. Le consensus table sur la création de 200.000 postes non agricoles en février, comme en janvier. Le taux de chômage devrait revenir de 4,1 à 4%. L'évolution du salaire horaire, dont la hausse plus forte que prévu avait suscité le mois dernier des craintes d'un retour de l'inflation, sera également scrutée.

EG


Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.