Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Unibail Rodamco: en berne depuis fin 2016, comme Klepierre.

(CercleFinance.com) - 2017, année boursière difficile pour les grandes foncières parisiennes ? Si le CAC 40 gagne toujours près de 10% depuis fin 2016, la grande société foncière (qui capitalise 21 milliards d'euros) en faisant partie, Unibail Rodamco, perd plus de 5%.
Hors de l'indice, Klepierre (pesant près de 11 milliards) perd plus de 7%.

En raison de leur endettement structurel, les foncières "SIIC" sont par nature sensibles à l'évolution des taux d'intérêt, en raison des conséquences de ces derniers sur les coûts de refinancements, et donc leurs bénéfices.

Que dire des taux ? L'OAT à dix ans, l'emprunt d'Etat de référence en France, avait terminé l'année 2016 sur un rendement de 0,69% avant de marquer une pointe vers 1,10% au début du mois de mars. Mais le mouvement s'est rapidement modéré et pour l'heure, il est inférieur à son niveau de la fin de l'année dernière, à 0,63%. Prenons le Bund allemand équivalent, qui tient lieu de baromètre pour le marché obligataire d'Europe : vers 0,20% fin 2016, s'est envolé jusqu'aux environs de 0,60% au milieu du mois de juillet, avant de retomber de moitié, à 0,32% ce jour.

Le tableau paraît donc plutôt positif, mais c'est plutôt en tendance qu'il faut l'observer : les opérateurs estiment que les taux négatifs (en Allemagne) ou proches de zéro (en France) qui avaient marqué l'automne 2016 sont autant de points bas qui appartiennent au passé. L'accélération de la croissance constatée en Europe, et la division par deux de ses rachats d'actifs obligataires par la BCE à partir de janvier prochain, incite à anticiper une tension des taux longs dans les mois, sinon les années qui viennent.

Attention cependant, l'inflation demeure en berne et la BCE fera tout pour éviter de déstabiliser les marchés. Bref, si le durcissement des taux est une hypothèse crédible, sa concrétisation pourrait prendre du temps. En attendant, les foncières ont presque toute terminé la renégociation de leurs dettes, ce qui leur assure un endettement à bon compte pendant un certain temps.

Notons aussi que les loyers perçus par Unibail et Klepierre augmentent toujours, et qu'une amélioration de la conjoncture devrait être favorable aux conditions dans lesquelles elles louent leurs centres commerciaux et leurs bureaux.

La visibilité offerte par les actions foncières ne doit pas être oubliée, pas plus que le solide rendement de l'ordre de 5% offert par les dividendes qui vont de pair avec le statut SIIC. Enfin, du point de du PER, l'action Unibail se paie 17 fois les profits attendus en 2018, et Klepierre 13,5 fois.

Enfin, pour l'investisseur individuel français, la "flat tax" à 30% sur les revenus du capital, prévue pour 2018, constitue aussi un point positif : en effet, les foncières SIIC ne sont plus éligibles à l'enveloppe fiscale du PEA. La perspective d'une moindre fiscalisation des plus-values et des dividendes perçus sur les comptes-titres ordinaires où les SIIC sont cantonnées mérite donc d'être citée.

En vue sur l'agenda d'Unibail : les comptes 2017, attendus le 31 janvier prochain. Ceux de Klepierre suivront le 7 février.

EG


Copyright (c) 2017 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.