Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Paris: record absolu manqué d'un souffle malgré secteur auto

(CercleFinance.com) - Le suspense aura duré jusqu'à l'ultime minute de cette séance mais rien n'y fait : même avec un nouveau record absolu à 15.
274Pts pour le CAC40 "GR" et un record annuel du CAC "PX1" à 5.638,6 à 1 heure de la clôture (+1,3%)... le CAC40 (+0,92% à 5.618) n'échappe pas au corridor 5.552/5.620, prolongeant une phase de stagnation historique qui dure désormais depuis 17 séances.

Rappel: le CAC40 "PX1" n'était plus qu'à 0,1% de son record intraday du 18 mai 2018 (5.643Pts) vers 16H35.
Le CAC40 "GR" (+0,92% à 15.218,5) échoue pour 0,003% sous son record de clôture du 4 juillet (15.222,5Pts).

Ce "raté" est peut être imputable au sentiment que les indices US plafonnent : le "Dow" et le "S&P" calent vers +0,2 à +0,3%, le Nasdaq a reperdu ses +0,5% initiaux et n'inscrira pas un nouveau record absolu dans ces conditions.

La Bourse de Paris avait accéléré à la hausse au moment où Boris Johnson a été élu (confortablement) chef du parti conservateur en remplacement de Theresa May (il prendra ses fonctions au "10 Downing Street" demain) ?

L'Euro-Stoxx50 se montre plus euphorique que le CAC40 avec un gain de plus de 1,2% à 3.533Pts, dans le sillage de Francfort qui bondit de +1,75% au-delà des 12.500Pts.

Les marchés qui semblaient sur la défensive depuis 3 semaines font clairement le choix de l'optimisme à deux jours de la réunion de la Banque centrale européenne et alors que la saison des résultats bat son plein: Mario Draghi devrait tenir un discours accommodant et confirmer que toutes les options sont sur la table pour soutenir les marchés, y compris l'instauration de taux négatifs, voir un contournement des règles plafonnant la quantité de dettes d'un pays que la BCE est (était ?) autorisée à détenir.

Cette euphorie après un lundi franchement terne est d'autant plus inattendue que la séance s'annonçait plutôt calme sur le front des indicateurs économiques, seuls les chiffres des ventes de logements anciens étaient au programme et ils déçoivent légèrement : La NAR (National Association of Realtors) a fait état d'une baisse de -1,7% des reventes de logements anciens, à 5,27 millions en rythme annuel au mois de juin (le consensus anticipait pour sa part une baisse de -0,2%, à 5,35 millions).

Bonne nouvelle en revanche sur le front budgétaire américain : les parlementaires des principales formations politiques siégeant à Washington ont réussi à trouver un accord, valable deux ans, sur le relèvement du plafond de la dette et le financement des services fédéraux.

Plus aucun "shutdown" ne devrait survenir avant le 31 juillet 2021.

"Cela permet d'écarter la perspective d'un défaut sur la dette qui aurait eu de terribles conséquences sur l'économie", souligne un opérateur.

Les résultats des entreprises apportent également un surprenant soutien avec outre-Atlantique Coca-Cola (+5% et nouveau record absolu avec des résultats supérieurs aux attentes) ou United Techno (+2%).

En Europe, c'est la meilleure séance de l'année pour les équipementiers automobiles: Faurecia (+11,5%) publie pour les six premiers mois de 2019 un résultat net part du groupe en hausse de 1% à 346 millions d'euros et une marge opérationnelle stable à 7,2%.
A 8.972 millions d'euros, les ventes de l'équipementier automobile ont stagné en données publiées (-0,2%) et baissé de 2,8% à taux de change constants et hors Clarion.
Mais c'est nettement "supérieur aux attentes" et une embellie est envisagée en Chine pour 2020.
Faurecia entraîne dans son sillage Plastic Omnium avec +8,3% et Valéo avec +6,2%.
Les constructeurs suivent le mouvement avec Renault +2,5% et Peugeot +3,7%.
L'aéronautique n'est pas oublié avec Safran (+3% en séance, nouveau record absolu à 137,2E).
Amorce de rotation sectorielle également en faveur des banques avec Sté Générale (+3,1%) ou BNP-Paribas (+2,2%).

Hermès International (stable) dévoile un chiffre d'affaires de 3.284 millions d'euros pour le premier semestre 2019, en progression de 12% à taux de change constants et de 15% à changes courants. A fin juin, la rentabilité opérationnelle courante devrait être légèrement inférieure au record du premier semestre 2018 (34,5%).

Edenred publie au titre de son premier semestre 2019 un résultat net part du groupe en progression de 17,9%, à 146 millions d'euros, et un EBITDA en hausse de 14,6% en données comparables et de 23% en données publiées, à 310 millions.

Getlink (-0,4%), le groupe d'infrastructures opérant notamment le tunnel sous la Manche, affiche un bénéfice net en hausse de 5% à 41 millions d'euros au titre du premier semestre 2019, mais un EBITDA en légère baisse de 2% à 255 millions.


Copyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.