Accueil > Actualité
Actualite financiere : Actualite bourse

Devises: des officiels de la BCE plus 'faucon' que prévu

(CercleFinance.com) - C'est maintenant plus de trois centimes, soit environ 2,7%, que la monnaie unique européenne a repris au billet vert relativement au plus bas voisin de 1,15 dollar touché la semaine passée.
Alignant les séances de reprise, qui ce soir pourraient se monter à quatre d'affilée, l'euro regagne encore ce midi 0,34% à 1,1818 dollar.

L'euro gagne également 0,20% contre le yen à 130, tout en restant quasi-inchangé face au sterling et au franc suisse.

Principal catalyseur : après le ralentissement conjoncturel constaté en Europe ces derniers mois et le risque politique italien, les opérateurs de changes retiennent dorénavant ce que déclarent les officiels de la BCE. En effet, l'établissement émetteur européen réunira, le 14 juin prochain, son conseil des gouverneurs dans la capitale lettone, Riga.

Or hier, son économiste principal, Peter Praet, a déclaré que les anticipations d'accélération de l'inflation vers le taux cible (sous 2%) étaient toujours d'actualité, et que la réduction des rachats d'actifs obligataires serait au menu des discussions la semaine prochaine. Ainsi, le QE à l'Européenne pourrait, le cas échéant, prendre fin avec l'année 2018, a estimé un autre membre important du conseil, l'Allemand Jens Weidmann.

"Nous attendons, comme l'immense majorité des commentateurs, un prolongement du QE jusqu'à la fin de l'année mais sur des rythmes d'achats plus faibles", commente ce matin La Banque Postale (LBP) AM.

"Il reste néanmoins une incertitude sur la communication de la BCE. S'il est très probable qu'elle confirmera les attentes de marché en actant un prolongement du QE, il n'est pas certain en revanche qu'elle fournisse tous les détails (par exemple le niveau des achats ou la composition). Si elle le fait, elle se lie les mains et ne pourrait pas réagir si la tension sur les marchés réapparaissait durant l'été", ajoutent les spécialistes.

L'un des enjeux sera de savoir si les "tombées obligataires", c'est-à-dire le produit du remboursement des titres de dette arrivant à échéance, seront réinvestis ou non.

Autre élément de soutien : on a appris ce matin que comme prévu, la croissance du PIB de la zone euro au 1er trimestre 2018 était ressortie à 2,5% en rythme annuel.

Même si, à l'inverse et après - 1,1% en mars, les commandes à l'industrie allemande ont reculé de 2,5% en avril pour le 4e mois de suite, alors qu'elles étaient attendues en hausse de 0,7/0,8%.

Aux Etats-Unis, on guettera tout à l'heure les traditionnelles inscriptions hebdomadaires au chômage.

EG


Copyright (c) 2018 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
 

societes

marches

tendances

 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.