Accueil > Dossier

Air France-KLM:en forte baisse

Compte désormais deux Etats à son capital



Air France-KLM compte un actionnaire significatif supplémentaire mais à l'annonce de cette nouvelle, l'action dérape de 11% à la Bourse de Paris, effaçant ainsi près de 600 millions d'euros de capitalisation. En effet, cet actionnaire impromptu est l'Etat néerlandais, et il est bien décidé à faire pièce... à l'Etat français.

Hier soir, le gouvernement néerlandais a révélé que depuis le 20 février, il a constitué une participation représentant 12,7% du capital d'Air France-KLM, et qu'il n'en avait pas terminé : "l'objectif est d'atteindre une position similaire à celle de l'Etat français", qui aux dernières nouvelles détenait 14,3% et était le premier actionnaire - devant les compagnies aériennes Delta Airlines et China Eastern Airlines, avec 8,8% chacune. En clair, le part des titres Air France-KLM dispersée dans le public devrait revenir rapidement de 63,9% à moins de 50%.

Comment expliquer que cet intérêt accru pour les actions Air France-KLM provoque leur chute ? En raison d'intentions que les autorités de La Haye ne cachent pas le moins du monde : "grâce à sa participation, le gouvernement néerlandais souhaite être en mesure d'exercer une influence directe sur les développements futurs de la compagnie Air France-KLM afin de garantir au mieux les intérêts" nationaux.

Ce qui sonne un peu comme une déclaration de guerre, ou à tout le moins une contestation du rôle indéniable joué au sein du transporteur aérien franco-néerlandais par la France. "On imagine la surprise à Paris, d'autant que cette intervention étatique ne colle pas franchement avec la culture libérale hollandaise", commente d'ailleurs Aurel BGC, qui ajoute : "cette irruption au capital montre surtout la défiance persistante entre la France et les Pays-Bas". Bref, ces deux actionnaires étatiques risquent de tirer Air France-KLM dans des directions différentes, voir de s'opposer sur la désignation du management.

Point intéressant, dès son troisième paragraphe, le communiqué du gouvernement des Pays-Bas indique : "l'importance de l'aéroport (amstellodamois) de Schiphol et de son principal utilisateur, KLM, revêt une grande importance pour l'économie et l'emploi néerlandais. Des milliers d'emplois sont directement et indirectement liés à l'aéroport et au réseau intercontinental de KLM. Ce réseau fait également partie des raisons qui poussent les entreprises étrangères à s'établir aux Pays-Bas." Or dernièrement, d'importantes décisions concernant KLM ont été prises au niveau d'Air France-KLM, ajoute le gouvernement néerlandais. Ce dernier redouterait-il qu'Air France-KLM privilégie ses "hubs" parisiens au détriment de Schiphol ?

Ce qui permet de rappeler que les Etats français et néerlandais sont tous deux présents (plus ou moins directement) au capital d'une autre entreprise du transport aérien : l'opérateur aéroportuaire historique néerlandais (non coté en Bourse) Schiphol Group. Contrôlé par l'Etat néerlandais, Schiphol Group détient 8% d'Aéroports de Paris (ADP ; soit autant que Vinci) et en retour, ADP possède également 8% de Schiphol Group.

EG

 

lexique

 
 
 
 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.