Accueil > Dossier

Carrefour: nouveau plan stratégique

Numérique, croissance et économies en vue



On ne sait pas encore si Alexandre Bompard, PDG célébré pour son redressement de Fnac-Darty, va parvenir à transformer Carrefour, comme son nouveau plan stratégique présenté ce matin le prétend. Mais on peut déjà constater la nette amélioration du sentiment boursier : vers 19,5 euros, l'action est revenue au niveau qui prévalait avant le "profit warning" retentissant lancé fin août dernier. En hausse de plus de 5%, l'action tient aussi la tête de l'indice CAC 40 ce midi.

Si Carrefour n'est plus que l'ombre de lui-même, surtout depuis qu'il enchaîne les avertissements sur résultats dont le dernier ne remonte qu'à la semaine passée, le groupe capitalise toujours 15 milliards d'euros à la Bourse de Paris. Et surtout, après la remise à plat des estimations, "l'administration Bompard" a passé ces derniers mois à en reprendre en main la direction et à décortiquer Carrefour, avant de présenter son plan d'action.

Finalement dévoilé ce matin, le programme "Carrefour 2022" veut faire prendre un virage radical au géant de la grande distribution, connu notamment pour ses hypermarchés. Tout d'abord, les investisseurs ont pu apprécier les économies annoncées, facteur (à terme) de redressement des bénéfices. Le groupe compte ainsi supprimer 2.400 postes par des plans de départs volontaires, mais il veut aussi revoir une organisation complexe, en évoquant une "rationalisation des sièges du groupe en Ile-de-France" et la fermeture de certains magasins. Autant d'éléments qui, en année pleine à partir de 2020, devrait permettre de réduire les coûts de deux milliards d'euros.

Surtout, le "plan Bompard" s'attaque à "la" grande crainte des boursiers : le retard de Carrefour en matière numérique et la concurrence de la distribution en ligne dans l'alimentaire, son coeur de métier. Justement, le projet s'étend sur le sujet, alors que Carrefour vient de rentrer au capital du déstockeur en ligne Showroomprivé et d'annoncer un partenariat avec la "tech" Tencent en Chine. La direction annonce 2,8 milliards d'investissements dans le "digital" d'ici 2022, notamment avec l'ouverture de 2.000 magasins de proximité sur cinq ans, et l'unification de la plateforme en ligne sous la marque Carrefour.fr, dès cette année. Et au final, Carrefour vise cinq milliards d'euros de CA dans l'e-commerce d'ici 2022.

Mais l'e-commerce n'est pas le seul axe et Carrefour met également l'accent sur la "qualité alimentaire" afin de répondre aux inquiétudes de l'opinion à ce sujet. Sont notamment visés les produits frais "traditionnels" et leur forte croissance, et les aliments biologiques : le "bio" devrait lui aussi représenter cinq milliards de CA en 2022, prévoit la direction. Ce faisant, M. Bompard entend faire de Carrefour ni plus ni moins que le "leader mondial de la transition alimentaire".

En résumé, le plan s'attaque à la surexposition de Carrefour aux grands formats, ces "hypers" moins prisés des consommateurs que par le passé. Il s'agit de l'une des grandes faiblesses du groupe, par exemple relativement à Casino. Le "plan Bompard" veut aussi "numériser" Carrefour et le lancer dans l'e-commerce, vecteur de croissance, tout en n'oubliant pas l'appétence actuelle pour les produits frais et sains, avec l'accent mis sur le "bio". Le tout saupoudré de rationalisation et d'économies. Il s'agit en quelque sorte de ce que les investisseurs voulaient entendre. Reste maintenant à attendre la concrétisation de ce plan.

Plus près de nous, Carrefour présentera ses comptes 2017 le 28 février prochain, sachant que les attentes ont été écrêtées par plusieurs "warnings" ces derniers mois.

EG
 

lexique

 
 
 
 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.