Accueil > Dossier

Carrefour:perd 15% après ses semestriels

Alexandre Bompard a du pain sur la planche.



Pour l'action Carrefour, cette séance boursière prend des airs de fin du monde : décrochant de 15% sur des comptes semestriels décevants doublé d'un sévère "warning", le titre enregistre la plus forte baisse du CAC 40, du SBF 120 et du SRD. Sous-performant massivement le marché parisien, le titre Carrefour a perdu plus du quart de sa valeur depuis le début de l'année. Autant dire qu'Alexandre Bompard, le nouveau PDG qui vient d'arriver depuis Fnac Darty, a du pain sur la planche.

Déjà connu, le CA semestriel TTC du distributeur s'affiche pourtant en hausse de 6,2% à 43 milliards d'euros, même si ce taux revient à 3,3% à changes constants.

Mais les résultats, tombés hier soir, s'avèrent loin du compte : le résultat opérationnel courant plie de 12,1% à 621 millions, et même de 21,5% hors changes, ce qui fait tomber la marge de 1,9% à 1,6%. Enfin, le bénéfice net ajusté de 34% à 154 millions d'euros.

Et ce n'est pas fini : la direction n'anticipe pas d'amélioration et évoque "un environnement opérationnel qui reste(ra) difficile dans certains pays au deuxième semestre." En conséquence, Carrefour a lancé un avertissement sur ses ventes : le CA 2017 était attendu jusqu'alors en hausse de 3% à 7%, mais cette fourchette a été ramenée entre 2% et 4%.

Pire, ce "sales warning" se double d'un quasi "profit warning" : si aucune prévision n'était fournie précédemment en la matière, Carrefour ajoute que le repli du résultat opérationnel courant de l'exercice devrait être du même ordre que celui constaté au 1er semestre. Seule lueur d'espoir : "d'ici la fin de l'année", la nouvelle direction fournira des indications sur sa nouvelle stratégie. Sans plus de précision.

Avec des comptes inférieurs de 10% environ aux attentes et des avertissements, le groupe a fortement déçu les investisseurs. D'ailleurs, les dégradations pleuvent : Jefferies n'est plus d'avis d'acheter la valeur, mais simplement de la conserver, et il sabré d'un quart son objectif de cours, ramené à 18,5 euros. Capitulant sur le dossier, les analystes écrivent : "à ce jour, Carrefour n'a pu trouver de réponse pertinente au succès de son concurrent Leclerc".

Idem pour Invest Securities qui, auparavant à l'achat, devient neutre sur la valeur, même si la cible n'est ramenée "que" de 26 à 22 euros. "Nous pensions que les résultats du 1er semestre (S1) permettraient d'escompter une amélioration du profil bénéficiaire au deuxième semestre. Que nenni, puisqu'en l'occurrence, les tendances du S1 devraient être reconduites sur l'ensemble de l'exercice", se lamentent les spécialistes. A les en croire, noir, c'est noir : "nous excluons a priori que la stratégie qu'Alexandre Bompard devrait dévoiler d'ici à la fin de l'année, implique un changement total de paradigme", terminent-ils.

A "conserver", Société générale ramène son objectif de cours de 21,5 à 19 euros, en soulignant que le groupe, au pied du mur, doit maintenant agir. Idem pour Oddo BHF, qui reste neutre et réduit son objectif à 19 euros. "En attendant d'avoir la vision stratégique de M. Bompard (qui intégrera inévitablement un plan de réduction de coûts), nous restons prudents car les fondamentaux nous semble fragilisés dans un univers de la distribution en bouleversement", estiment les analystes.

Autant dire qu'Alexandre Bompard, qui avait fait merveille chez Fnac Darty, aura fort à faire pour convaincre les boursiers.

EG
 

lexique

 
 
 
 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.