Accueil > Dossier

Sodexo: en forte baisse après son CA.

En repli depuis le début de l'année.



Désormais, l'action Sodexo sous-performe l'indice CAC 40 depuis le début de l'année : son vif recul du jour (presque 6%) la fait céder environ 2% depuis fin 2016, alors que l'indice vedette de la place parisienne gagne parallèlement 5,5%. Dans un marché relativement bien valorisé, les déceptions sont en effet sanctionnées par les opérateurs.

Grand concurrent de Compass ou d'Elior, le groupe français, fort d'une capitalisation d'environ 16 milliards d'euros, enchaîne les déconvenues. A l'occasion de la publication ce matin des résultats des neuf premiers mois de son exercice 2016/2017, le groupe a certes maintenu une partie de ses prévisions : sur l'exercice, son résultat opérationnel (hors changes et exceptionnels) s'annonce toujours en hausse de 8 à 9%.

En revanche, la croissance organique peine à repartir : sur neuf mois, elle s'est limitée à 0,5% alors qu'elle était attendue par le consensus à 1,2%. La direction de Sodexo a en conséquence révisé en baisse ses prévisions annuelles : attendue en hausse d'environ 3% au début de l'exercice 2016/2017, puis d'environ 2,5%, elle s'annonce maintenant entre 1,5 et 2% seulement.

“Cette faible performance découle essentiellement d'un troisième trimestre mal orienté dans les segments Santé et Education”, commentent ce matin les analystes de Société générale (SG).

Oddo, qui déplore ce troisième “sales warning” consécutif, estime cependant qu'il résulte de facteurs propres à Sodexo et à sa récente réorganisation, et ne devrait donc pas pénaliser Compass ni Elior ou Edenred. “La valorisation (du titre) reste généreuse avec un PER 2018 de 18,3 fois”, soulignent les spécialistes. Neutres sur la valeur, leur objectif de cours est de 117 euros.

Pour sa part, SG maintient son conseil de "conserver" la valeur, mais l'objectif de cours à 12 mois de 122 euros est placé sous revue.

Chez Bryan Garnier enfin, qui se désole d'une publication “décevante”, on insiste sur l'absence de reprise dans l'activité principale, le catering (les "Services du site), au 3e trimestre, et le ralentissement des titres prépayés ("Avantages et récompenses"). Bryan Garnier souligne enfin que le nouvel objectif annuel de croissance organique suppose qu'un taux de 5,9% soit atteint au 4e trimestre, "ce qui semble difficile". Neutre sur le titre, les analystes visent 103 euros.

EG

 

lexique

 
 
 
 
Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.