Accueil > Champion

champion

Ross McInnes, PDG de Safran

30/05/2017 14:10:00
Certains s'attendaient peut-être à ce que Safran jette l'éponge, lassé par les profit warning à répétition d'un équipementier aéronautique dont la gestion - ou à tout le moins le réalisme des objectifs financiers - pose question depuis plusieurs mois, mais il n'en sera rien.

Safran, qui a évoqué des "analyses complémentaires" ayant "permis de confirmer la forte logique stratégique et le potentiel de création de valeur" d'une telle opération, persiste à vouloir racheter Zodiac Aerospace, mais les conditions de son offre ont bel et bien changé. Unanimement approuvé par le conseil d'administration de Safran et par le conseil de surveillance de la cible, le nouveau projet doit en effet prendre la forme d'une offre publique d'achat (OPA) en numéraire au prix de 25 euros par action, contre 29,47 euros précédemment.

Cet abaissement tient évidemment compte des derniers résultats de Zodiac Aerospace, mais aussi, sans nul doute, des fortes réticences de certains actionnaires au premier rang desquels TCI Fund, vent debout contre la proposition originelle et qui estimait pour sa part que la "vraie" valeur du titre était de l'ordre de 20 euros.

La direction de Safran a donc en quelque sorte coupé la poire en deux. Elle a également mis en place une offre d'échange subsidiaire, "plafonnée à 31,4% du capital de Zodiac Aerospace, rémunérée en actions de préférence Safran, ouvrant les mêmes droits que les actions ordinaires Safran, mais inaliénables pour une durée de 3 ans à compter du règlement livraison".

Des actionnaires familiaux et 2 actionnaires institutionnels, FFP et le Fonds Stratégique de Participations, devraient s'engager à apporter des titres à l'offre publique, représentant environ 25% du capital de Zodiac Aerospace. Certains actionnaires familiaux de ce dernier détenant une participation de moins de 5% devraient de leur côté rester actionnaires de Zodiad Aerospace pour une durée définie.

Au bout du compte, Safran prendrait toujours le contrôle exclusif de Zodiac Aerospace à l'issue de l'offre publique, tandis que l'estimation de 200 millions d'euros de synergies de coûts par an avant impôts reste d'actualité.

"J'ai personnellement visité récemment de nombreux sites industriels de Zodiac Aerospace en Europe et aux Etats Unis pour vérifier que les compétences de Safran permettront de résoudre les difficultés actuelles. Les fondamentaux opérationnels sont solides et les conclusions de nos due diligences sont intégrées dans les termes révisés de l'opération", a commenté Philippe Petitcolin, directeur général de Safran.

Même sérénité chez Olivier Zarrouati, président du directoire de Zodiac Aerospac, qui se réjouit de ce "nouvel accord permettant de construire ensemble un leader du marché aéronautique au niveau mondial". "Nous avons su définir les termes d'un accord équilibré, chacune des parties faisant en sorte de rendre possible ce rapprochement stratégique", a-t-il ajouté.

Reste à savoir si le marché et les analystes en conviendront.
 

faiblesse du jour

Qui sommes-nous ? | Nous contacter | FAQ | Mentions légales | RSS | © Copyright 2007 Cercle Finance. Tous droits réservés.
Indices et cours différés d’au moins 15 mn | Cotations boursières fournies par ABC Bourse.